Les doyens et présidents d’universités publient une tribune sur la situation hospitalo-universitaire dans Le Monde.

Nous connaissons et partageons leur constat, alarmant. Ils concluent à trois scénarios possibles :
“Primo, le statu quo, aboutissant à la mort annoncée du modèle français du CHU. Secundo, le divorce assumé entre hôpital et université, dont nous sommes beaucoup à penser qu’il serait une régression pour la politique de santé. Tertio, un sursaut courageux, replaçant l’université et les facultés de santé au centre du dispositif, comme dans tous les pays ayant une ambition dans le domaine”. Notre pays a-t-il toujours une ambition dans le domaine ?
Les hospitalo-universitaires forment les médecins, pharmaciens, odontologistes et maïeuticiens dont le pays a besoin pour exercer tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Ils sont le fer de lance de la recherche médicale et contribuent au meilleur de la prise en charge des patients dans les établissements de santé sous convention hospitalo-universitaire. 
Laisser dépérir le monde hospitalo-universitaire par une idéologie hospitalo-centrée, désuniversitarisée et à courte vue, c’est faire peser une menace sur toute notre société.
Retrouvez ci-dessous et sur Le Monde le texte de la tribune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code