Gouvernance médicale à l’hôpital: un projet de portée trop limitée

Le SHU et son intersyndicat l’INPH dénoncent la portée insuffisante du projet d’ordonnance sur la gouvernance de l’hôpital et des groupements hospitaliers de territoire (GHT).

Censée mettre en cohérence les compétences des CME, de leur président-e (PCME), des commissions médicales de groupement (CMG) et de leur président-e (PCMG) en étendant les compétences des CME et CMG et en articulant la gestion des ressources humaines médicales avec les directeurs d’établissements, l’ordonnance en projet est plus que décevante puisqu’elle ne s’attaque qu’à la réforme des structures médico-soignantes en oubliant les réelles structures de la gouvernance hospitalière que sont le directoire et le comité stratégique de GHT.
La re-médicalisation de la gouvernance hospitalière attendue et promise est donc totalement écartée

Nous avons dénoncé, par la voix de la présidente de notre intersyndicat l’INPH, Rachel Bocher, que la CME ne restait donc qu’une instance consultative sans aucun pouvoir de décision, lequel reste entre les mains du président du directoire. La future CMG, que chaque GHT devra obligatoirement mettre en place fin 2021, sera elleaussi une instance purement consultative.
La seule timide avancée se devine dans le principe de codécision PCME-directeur pour la politique d’amélioration de la qualité, de la sécurité et de la pertinence des soins, de l’organisation interne de l’établissement pour les activités cliniques et médico-techniques ou des nominations ou dénomination des chefs de pôle et des “responsables de structures internes”.
Nous restons donc face à une hyperconcentration des pouvoirs au détriment  des commissions médicales représentatives.
Dans ces conditions, comment ne pas redouter l’accélération du désengagement des communautés médicales par l’ajout d’une strate supplémentaire de décision, conduisant à une perte d’autonomie et de capacité d’initiative pour les acteurs de terrain avec en corollaire  une immense déception, prélude à une démotivation majeure des hospitalo-universitaires et des praticiens hospitaliers.
Le projet d’ordonnance et les deux projets de décret présentés mardi au Conseil supérieur des personnels médicaux, odontologistes et pharmaceutiques (CSPM) ont fait l’objet de vote négatif de notre organisation et des autres représentations syndicales. Une nouvelle unanimité contre des projets obstinément sourds et aveugles aux expressions du monde médical hospitalier et hospitalo-universitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code