Du choc d’attractivité … à la pichenette d’attractivité

Après la forte mobilisation du 14 novembre, le gouvernement vient d’annoncer son plan d’urgence pour l’hôpital. En l’absence de toute consultation, concertation ou négociation auxquelles nous appelions, il n’est pas surprenant que les inquiétudes ne s’estompent pas et que la déception domine.
Présentées comme des efforts en faveur de l’investissement, des salaires modestes en Ile-de-France, d’une possible remédicalisation de la gouvernance et d’une reconnaissance de l’engagement de service public, ces annonces ressemblent plus à une opération de communication qu’à des mesures à la hauteur de l’enjeu. Quelles propositions concrètes pour  l’attractivité des carrières HU?
Le SHU a entendu l’affirmation d’un souhait de redonner enfin à notre pays la dynamique hospitalo-universitaire dont il a besoin et qu’il appelle de ses voeux depuis longtemps. Il a déjà fait part de ses propositions à ce sujet et entend être associé à cette évolution. Il est essentiel d’arrêter l’hémorragie des HU qui sont, avec les PH dont les valences demeure  insuffisamment reconnues, les acteurs centraux de la formation de l’ensemble des professionnels de santé dont notre pays a besoin pour exercer dans les secteurs tant publics que privés. Le SHU exprime donc ses réserves au vu du manque d’ambition des mesures annoncées vis-à-vis du monde hospitalo-universitaire en si grande difficulté. Des décisions d’envergure étaient attendues immédiatement. Elles sont insuffisantes et repoussées à une future loi sur l’enseignement supérieur et la recherche. 
Les mois qui viennent doivent donc être ceux de l’ouverture de véritables négociations sur les carrières HU afin de répondre aux défis de l’attractivité et aux enjeux du monde qui vient.
Le SHU est membre de l’Intersyndicat National des Praticiens Hospitaliers (INPH).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code